James Bort | Photographer & Filmmaker header image 1

Archive for février, 2010

Dries Van Noten

février 24th, 2010 | Category: Hall of fame,Portraits de créateurs

Je me souviens bien de la première fois où j’ai rencontré Dries Van Noten, j’étais dans les backstages en train de filmer, quand je vois Scott Schuman avec un grand sourire en train de se faire prendre en photo avec un monsieur fort élégant. Je ne connaissais pas alors le visage de Dries, je vais donc vers Scott et lui demande :
« Sorry, can I ask you a stupid question ? Is it Dries Van noten ? »
« Yeah ! » me répondit-il.
Je finissais enfin par mettre un visage sur ce nom si fameux.
Pour information, ce monsieur est un immense créateur belge héritier d’une longue ligné de tailleurs.
J’ai mis en ligne le mois dernier quelques photos des backstages so british du dernier défilé.
Pour en revenir à des considérations plus actuelles, Dries présidera le Festival de la Mode de Hyères qui aura lieu fin avril et auquel j’assisterai. J’espère donc tous vous y retrouver. Géraldine a d’ailleurs récemment parlé de la sélection des candidats et nous en donne un petit avant-goût.

Quelques minutes avant le défilé, Dries vérifie les derniers petits détails.

Un portrait que j’ai fait dans les backstages de Dries et dont le regard m’avait interpelé.

Read more

7 coms

Persona

février 22nd, 2010 | Category: Women

Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été fasciné par les masques. L’idée de pouvoir se cacher derrière une image, d’incarner un personnage, de projeter sur cet autre visage tous ses fantasmes et toutes ses histoires.
Mon esprit était tourmenté par les masques, qu’ils soient en bois, en plastique, masque africain Dan, maques du théatre Nô, mexicain, tout ce qui pouvait être une extension de mon propre visage. Je me souviens avoir économisé des mois pour m’acheter mon premier masque, un masque Indo-népalais de moine ascétique plus que centenaire, au centre de rituels complexes. J’avais 14 ans et chaque masque était pour moi un voyage, un livre, un prolongement de moi même.
La première pièce de théâtre que j’ai écrite et qui fut mise en scène s’appelait Persona, qui en latin peut signifier le masque de théâtre. Pas vraiment une coïncidence, mais une véritable passion.
Du masque au visage, il n’y a qu’un pas, une structure, des traits, des couleurs, des matières et toute la magie que l’on peut projeter dessus.

Mâchoire carrée, petite fossette sur le menton, pommettes saillantes et regard taillé à la serpe. Que dire de plus pour comprendre les raisons qui m’ont cloué sur place à l’instant même où j’ai croisé ce visage à la sortie d’une rédaction.
Sa silhouette baigne dans une variation de textures et de couleur ocre. Cheveux ondulants tombants sur un T-shirt large glissé dans un pantalon remonté au dessus du nombril, et laissant apparaitre de jolies et fines chevilles.
C’est drôle, mais depuis que j’ai repris la photo, j’ai arrêté de collectionner les masques.
D’autres photos ici.
Merci à tous et bonne semaine.

19 coms

Hana

février 17th, 2010 | Category: Backstages

Hana, Agence Crystal, defile, Julien Fournié

C’est l’histoire d’une rencontre éclatante dans les coulisses du défilé Julien Fournié. Hana vient d’être habillée, elle patiente seule, essayant de se concentrer et de se détendre. Sur son visage je lis une douce mélancolie, son infime petit sourire me renvoie l’image de Mona Lisa, m’arrache à ma réalité et succombe dans la matière picturale.

Hana, Agence Crystal, defile, Julien Fournié

Son visage aux traits tout à la fois modernes et anciens me parlent dans une langue que je connais.
Mais j’ai remarqué que les visages fonctionnent comme des écrans sur lesquels je projette mes propres histoires et références. J’aimerais donc bien savoir ce que son visage vous raconte, car j’ai montré ces photos à une amie qui lui ont fait penser à bien autre chose que ce que j’imaginais.

Read more

21 coms

Dior

février 15th, 2010 | Category: Front Row

Dans les salons de la maison Dior, avenue Montaigne. Collection Haute Couture, Printemps-Été 2010.
Un noir et blanc granuleux pour mettre de coté la couleur et pénétrer la matière, les textures, les traits des visages et les plis des tissus. Oublier les couleurs de Matisse pour se plonger dans Rodin et ses matières, rugueuses ou soyeuses, mais toujours puissantes.

Être photographe comme on est marionnettiste, figer la posture, le regard ou l’attitude que l’on a soit même choisi. Le photographe s’incarnant dans le modèle pour lui faire vivre ses propres fantasmes.

Comme un rêve dans lequel je me perdrais dans des dentelles sensuelles et endeuillées.

Read more

16 coms

Loïc Prigent

loic prigent, dior, james bort

Ma première rencontre avec Loïc Prigent fut à vrai dire une non-rencontre, puisque je passais des heures à coté de lui, sans même savoir que c’était lui. Ce n’est que quelques mois plus tard, que j’apprenais qu’il s’agissait en effet de lui. Jusque là vous suivez ?
Ma deuxième rencontre avec Loïc fut plus évidente, puisqu’on me l’avait décrit. Décrit oui, car Loïc c’est un peu le loup blanc de la mode, on en parle beaucoup mais on ne le voit jamais. Personnage extrêmement secret et discret, il est donc quasi impossible de trouver des images de lui.
J’ai beaucoup aimé ce personnage, drapé dans les habits de monsieur tout le monde pour mieux se faire oublier dans les coulisses silencieuses des ateliers de créations ou bruyantes et flamboyantes des backstages de défilés. Loïc est une sorte de héros d’une mythologie du quotidien dans un univers extraordinaire.

loic prigent, kris van assche

L’équipe au complet (ils sont deux) dans les backstages du défilé Kris Van Assche.

Pour ceux qui ne connaitraient pas encore ce garçon, vous devez savoir qu’il écrit pour le magazine Vogue et qu’il est l’auteur des plus beaux et intelligents documentaires sur le mode, qui soient. On a beaucoup parlé de lui récemment, concernant sa série de documentaires « Le jour d’avant », une série sur les coulisses des défilés Fendi par Karl Lagerfel, Jean Paul Gaultier, Sonia Rykiel et Proenza Schouler, 24h avant le show. Il est aussi l’auteur de la série « Signé Chanel » et du documentaire « Marc Jacob & Louis Vuitton »
Read more

14 coms

Au cœur de la Maison Lanvin

février 08th, 2010 | Category: Backstages,Hall of fame,Portraits de créateurs

lanvin, Alber Elbaz, Lucas Ossendrijver, james bort

Alber Elbaz (avec les lunettes) & Lucas Ossendrijver, Lanvin

Il y a des rencontres que l’on n’oublie pas, surtout quand il s’agit de la maison Lanvin et de ses créateurs Alber Elbaz et Lucas Ossendrijver.
Mes premiers pas au sein de cette maison sont accompagnés d’un énorme éclat de rires qui retentit au moment même où je pénètre dans l’immense salle du Palais de Tokyo. Je suis à peine entré que j’entends au loin une voix masculine parler en anglais. Un public lui répond par des rires.
Je pénètre la zone de défilé et découvre deux hommes faisant face à un groupe de personnes, qui se trouve être le staff Lanvin. L’un des deux tient un micro, l’autre est légèrement en retrait, lui aussi un peu spectateur. Le premier est plutôt petit et d’un embonpoint certain, habillé tout de noir avec de grandes et larges lunettes à montures noires. Le second est grand et svelte, le visage allongé et les mains fines.
Deux physiques antinomiques qui semblent étrangement former un couple parfaitement accordé.
Le premier s’appelle Alber Elbaz, directeur de création de Lanvin, le second est Lucas Ossendrijver, directeur artistique de Lanvin Homme, tout simplement.

lanvin, Alber Elbaz, Lucas Ossendrijver, backstage

Les deux créateurs font les derniers arrangements quelques secondes avant le défilé.

lanvin, Alber Elbaz, Lucas Ossendrijver, backstage

Il est 10h du matin ce dimanche, dans le 16ème arrondissement de Paris et Alber Elbaz fait un show devant un parterre déjà conquis. Le défilé commence dans une heure et il s’agit de détendre l’atmosphère tout en rappelant les fondamentaux de la maison.

lanvin, Alber Elbaz, Lucas Ossendrijver, backstage, mannequin

lanvin, Alber Elbaz, Lucas Ossendrijver, backstage, mannequin

lanvin, Alber Elbaz, Lucas Ossendrijver, backstage, mannequin

Read more

8 coms

Longchamp, a family affair

février 03rd, 2010 | Category: Hall of fame,Portraits de créateurs

longchamp, jean cassegrain

Jean Cassegrain, directeur général et petit-fils du fondateur de de Longchamp

Mon histoire avec la maison Longchamp commença par un choc émotionnel plutôt radical. J’étais à mon bureau en train de trier des photos quand j’ai reçu un coup de fil m’invitant à une rencontre avec Kate Moss.
- « Si je veux bien la rencontrer ? Il vous faut une réponse rapide ? Oui, ben oui. Je veux dire là oui tout de suite c’est oui. Et c’est quand ? Oui, ok parfait. Et c’est où ? Au Ritz ! Ah oui quand même, elle s’en fait pas. Oui ben oui. A mardi alors ! »
Kate Moss, la même qui a passé des années face à moi, me fixant avec intensité. Je n’ai jamais vraiment été du genre groupie, mais je me souviens parfaitement avoir découpé dans un magazine puis épinglé face à mon bureau, la célèbre et terriblement sensuelle photo en noir et blanc de Mario Sorrenti pour Obsession, où l’on voit Kate, très jeune, allongée nue sur un canapé et fixant l’objectif.
Mes ennuyeuses dissertations furent donc agrémentées pendant des années du regard et des fesses de Kate. Je dois donc beaucoup à Kate. Eh oui, messieurs les professeurs, ce n’est pas à vous que je dois mon Bac, mais bien à la cambrure de Miss Moss.
Read more

10 coms

Julien Fournié, vaporeuse sensualité

février 01st, 2010 | Category: Backstages

julien fournié, haute couture, backstages, fashion week

Il est 16h ce mardi 26 janvier et je marche le long du Passage du Désir dans le 9ème arrondissement de Paris. Direction le défilé Haute Couture de Julien Fournié qui a lieu au sein de l’agence Betc Euro RSCG. Le temps est gris comme la gare de l’Est à côté.

julien fournié, haute couture, backstages, fashion week

La décrépitude des murs contraste avec le volupté soyeuse des corps. Entre Ingres et Delacroix, j’ai le sentiment d’errer dans un tableau vivant.

julien fournié, haute couture, backstages, fashion week

S’émouvoir de la beauté, sans la toucher ni sans la désirer. La regarder comme on regarde un tableau.

julien fournié, haute couture, backstages, fashion week

Parfois la nudité se cache derrière le voile pudique de la timidité. Deniers instants de calme avant l’explosion du show.

julien fournié, haute couture, backstages, fashion week

Dans la salle aux murs jaune et au plafond en forme de dôme, je reconnais Julien Fournié, un fer à repasser à la main, appliqué à l’extrême, déplissant le tissu soyeux d’un énorme nœud aux boucles larges, cousu dans le dos d’une robe.

julien fournié, haute couture, backstages, fashion week

C’est une étrange et grande poupée désarticulée qui semble s’être perdue dans un conte qui n’est pas le sien. Comme une petite danseuse sur une boite à musique arrêtée, elle me fixe et me trouble.
Read more

20 coms