Rie Rasmussen

August 22, 2010

rie rasmussen, james bort, portait, fashion

Jeudi matin, j’ai rendez-vous au studio photo Rouchon dans le 5ème à Paris. Il est tôt, il fait gris et je suis en avance. Les boulangeries commencent à ouvrir, Paris sent le croissant chaud et un peu les poubelles. Je passe devant le Jardin des plantes, un homme court avec son chien et son Ipod. A côté de moi marche une femme dont la silhouette sombre et élancée m’impressionne, tête couverte par une capuche noire, jambes découvertes sous une jupe courte. Bottes de motard noires et Blackberry dans la main. Je la regarde, elle s’approche de moi. Je suis surpris mais il n’y a pas de raison, elle me demande si je connais telle rue. Je lui dis que oui et lui indique la direction. Sous sa capuche je vois deux grands yeux bleus et des lèvres parfaitement ourlées, je m’étonne à nouveau. Elle me remercie et je la regarde disparaitre au coin de la rue.

Rie Rasmussen, fashion, portrait, paris

Je continue mon chemin. J’arrive dans la cour du studio à la façade couverte de vigne vierge. Je monte à l’étage, je me fais un café et m’assoie sur le canapé face à un panier rempli de viennoiseries. A côté de moi est posé un pull noir à capuche. Je crois que je comprends.

Rie Rasmussen, fashion, portrait, paris

Je vois cette fille croisée quelques minutes plus tôt, un thé à la main et le sourire au lèvres. C’est Rie Rasmussen. Je la connais encore peu, mais à mesure que je passerai du temps avec elle, ma fascination ne cessera de grandir.

Rie Rasmussen, fashion, portrait, paris

Tandis qu’elle se fait maquiller et coiffer, elle ouvre un carnet et me montre les peintures qu’elle fait. Ce sont des corps souffrants, forts et sombres. Cela me fait penser un peu à Egon Schiele. Elle me parle de son expo dans une galerie à NY et de son film qu’elle a réalisé, me raconte quelques anecdotes avec Luc Besson que même sous la torture je ne pourrais pas répéter. J’apprends qu’elle a tourné avec Brian de Palma aussi, mais je n’ai vraiment pas besoin de savoir ça pour être impressionné.

rie rasmussen, james bort, portait, fashion

Je n’arrête pas de la prendre en photo. J’essaie de comprendre, de cerner l’incroyable énergie qui se dégage d’elle. On passera toute la journée à discuter entre chaque prise de vue. Enfant je me souviens être tombé amoureux d’une femme peinte dans un tableau de Hopper, c’est amusant, mais je ne sais pas pourquoi ce souvenir me revient.

Rie Rasmussen, fashion, portrait, paris

La journée s’achève, il est tard, les boutiques sont déjà fermées, je reprends mon chemin en sens inverse et me dit que peut-être quelqu’un me demandera à nouveau son chemin.

rie rasmussen, james bort, portait, fashion

Rie Rasmussen, fashion, portrait, paris

Un grand merci à tous et bonne journée.

You Might Also Like

17 Comments

  • Reply Béqueret Anne August 22, 2010 at 11:16 pm

    Jolie coïncidence =)

  • Reply CelineB August 23, 2010 at 10:16 am

    Superbe une fois de plus, merci pour ce retour en beauté.

  • Reply Meg August 23, 2010 at 10:46 am

    Des photos qui sont toujours aussi belles :)

  • Reply James August 23, 2010 at 11:00 am

    Anne – la vie est faite de toutes ces coïncidences :)

    Céline – De retour avant de repartir. Merci beaucoup ! 

    Meg – merci beaucoup Meg !

  • Reply Fleur-de-Lis August 23, 2010 at 1:18 pm

    wow :) It’s been a while since i comment here – and i must tell i missed to read and see the intensity of your work. Now that i catch up with your previous articles i see you did an amazing work these last weeks, as always. Great black&white photographs*

  • Reply Pierre-Jean August 23, 2010 at 3:29 pm

    Elle a beaucoup de talents et elle avait fait il y a quelques années un livre/carnet croquis de voyage, impossible de le retrouver en librairie. Belle rencontre James. @ +++

  • Reply James Bort August 23, 2010 at 3:37 pm

    Fleur-de-Lis – Yeah you came a long time ago, but it’s always a pleasure to read you !:) Thank you so much !

    Pierre-Jean – C’est vrai qu’elle a beaucoup de talents et dans de nombreux domaines. Je vais essayer de mettre la main sur le livre dont tu parles. Merci beaucoup Pierre-Jean et à très bientôt. :)

  • Reply nicolas August 23, 2010 at 3:53 pm

    Encore une rencontre hors du temps, un espace ephémère où l’improbabilité devient palpable, ton art du récit m’a une fois de plus transporté. Merci

  • Reply Cristin August 23, 2010 at 5:12 pm

    The perfect illustrated short story, truly there is no need for more words, when you encounter such a strong real life character!
    Your photos feel charged with electricity…

  • Reply nicole August 23, 2010 at 7:08 pm

    Il est des rencontres qui, dans ce qu’elles ont de passager n’en sont pas moins durables et s’inscrivent comme gravées dans la discrétion d’un souvenir.

  • Reply James Bort August 23, 2010 at 7:44 pm

    nicolas – Merci infiniment Nicolas pour tes mots, j’espère bientot te croiser lors de la prochaine FW. Bonne soirée.

    Cristin – I try that my words entwine my pictures. Thank you so much Cristin !

    nicole – Je ne pouvais pas dire mieux ! Merci :)

  • Reply spiruline August 26, 2010 at 9:18 am

    J’aime ta façon d’amener et de traiter le sujet, l’ambiance est palpable. Quels yeux et qui a dit que les bigoudis donnaient un air mémère?!?

  • Reply Chris August 26, 2010 at 10:55 am

    Bonjour, ce petit message pour vous indiquer qu’un concours où vous pouvez gagner deux colliers en verre de murano est en cours sur cette nouvelle bijouterie en ligne d’un nouveau genre : htp://www.bijoudemode.com/

    Cette bijouterie unique au monde propose des bijoux du monde entier artisanaux à des prix coûtant, c’est à dire jusqu’à 80% des prix magasin.

    Pour participer au concours, rendez vous sur notre blog :
    htp://www.bijoudemode.com/blog/concours-2-bijoux-en-verre-de-murano-a-gagner/

  • Reply Claire August 26, 2010 at 11:11 pm

    C’est idiot mais découvrir que vous appréciez Schiele et Hopper me ravit. L’oeuvre que cette femme vous évoque, quelle est-elle ?

  • Reply James Bort August 27, 2010 at 10:41 am

    spiruline – Je n’ai eu qu’à me laisser porter par elle. Rien d’autre que son visage et sa présence. Quand tout est réuni, cela devient si simple de faire une photo.

    Claire – Hopper est souvent présent dans ma tête quand je travaille. Concernant la femme dans la peinture de Hopper, laissez moi garder le secret, je n’aimerais pas que d’autre en tombe amoureux :)

  • Reply Ludo August 29, 2010 at 10:45 pm

    C’est réellement excellent James… J’aime toujours autant votre style, et les petits billets que vous écrivez en supplément des ravissantes photos, c’est ce qui fait toute la différence et ce qui me ravit le plus. Chapeau !

  • Reply Alexandre Alpeyrie September 10, 2014 at 11:11 am

    Je suis comme vous sensible à ce genre ce personnalité. Nous autres, artistes, pouvons tomber amoureux d’un arbre ou d’une musique. Ici c’est une femme. Et c’est ce qui est presque cruel, non ?

  • Leave a Reply